Evidence of trapline foraging in honeybees

crédit photo Tamara Gomez-Moracho ( post doc Fyssen accurillie par M. Lihorau)

Mathieu LIHOREAU,
Research Grant holder 2014

article publié dans Journal of Experimental Biology 219:2426-2429

 Comment les abeilles résolvent-elles des problèmes de navigation complexes avec si peu de neurones ? 

Dans son projet de recherche Fyssen, Mathieu a cherché à mieux décrypter le rôle des mémoires spatiales et visuelles dans les comportements de butinage des abeilles.
En utilisant des champs de fleurs artificielles munies de caméras, Mathieu et Alexis Buatois (étudiant en master) ont montré que les abeilles établissent des routes pour visiter plusieurs fleurs au cours d’un même voyage.
Souvent, elles trouvent la route la plus courte pour visiter toutes les fleurs, un problème d’optimisation complexe bien connu des mathématiciens.

    * article  » Why bees are so vulnerable to environmental stressors? »                                                                                                 Klein S, Cabirol A, Devaud JM, Barron AB, Lihoreau M (2017) publié dans  Trends in Ecology and Evolution. doi:10.1016/j.tree.2016.12.009

Les travaux sur la cognition des abeilles pourraient permettre de les sauver !

Capture d’écran 2017-02-27 à 14.42.21

Les populations d’abeilles domestiques et sauvages sont en  déclin  dans  une  grande partie du monde, ce qui soulève de  fortes  inquiétudes quant à l’avenir  de  la  pollinisation et des productions agricoles.

Les recherches de Mathieu et de ses collaborateurs suggèrent que  les  pesticides, polluants, parasites, maladies et la malnutrition (même à faibles niveaux) ont  des  effets dévastateurs sur les abeilles à travers  leur action  sur le cerveau.

Toute  altération  des fonctions  cognitives par ces agents stressants peut affecter la capacité des butineuses à s’orienter, reconnaître les fleurs,  collecter le nectar et le pollen,  et communiquer, et  par conséquent compromettre la santé des ruches.

Mieux comprendre la cognition des abeilles est nécessaire pour évaluer l’impact de l’homme sur le déclin des pollinisateurs et développer des stratégies de conservation efficaces.

Mathieu LIHOREAU est Chargé de Recherche CNRS affilié au Centre de Recherches sur la Cognition Animale de l’Université de Toulouse. Mathieu est éthologue, spécialiste du comportement et de la cognition des insectes.

crédit photo à la Une : Tamara Gomez-Moracho ( post-doctorante Fyssen accueillie par M. Lihorau)