Au coeur du réseau : Querelles de voisinage chez les écureuils terrestres

Viblanc

Vincent VIBLANC,
Bénéficiaire d’une subvention de recherche en 2016

Les exemples d’animaux vivant en communautés sont nombreux dans le royaume animal. Vivre en groupe procure en effet de nombreux bénéfices. Pourtant, au sein de leur communauté, DOTKA et TRIBALE, deux écureuils terrestres des montagnes Rocheuses canadiennes doivent composer avec leurs congénères. Et si cet environnement social influençait leurs chances de se reproduire ? Voir même leur espérance de vie… ? Une équipe de recherche internationale soutenue par la Fondation Fyssen tente de répondre à ces questions en décryptant l’effet du stress social sur la santé de ces petits mammifères. Un voyage au cœur de leur réseau social qui nous fait réfléchir sur les parallèles avec nos propres sociétés humaines. Le film sera projeté à l’occasion du Festival Montagne et Sciences

Vincent Viblanc est chercheur au CNRS et travaille à l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien à Strasbourg. Lors de ses études en écophysiologie et écologie comportementale il cherche à comprendre quels sont les mécanismes physiologiques et comportementaux Capture d’écran 2021-01-18 à 16.47.10permettant aux animaux de s’adapter aux contraintes d’un environnement en perpétuel changement. Après une thèse soutenue en 2011 s’intéressant aux adaptations physiologiques permettant aux manchots royaux de concilier reproduction avec de longues périodes de privation alimentaire dans leur environnement colonial, Vincent a multiplié ses modèles d’étude (martinets alpins, bouquetins, poissons ou encore spermophiles) dans le but de mieux comprendre les effets de l’environnement social sur le comportement et la physiologie animale.