Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans jamais oser le demander

blob

Audrey DUSSUTOUR,
Former Fyssen 2004
& Research Grant Holder 2009

« Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Blob sans jamais oser le demander »

Éditions des Équateurs, ISBN : 978-2-84990-498-5

Un jour aux États-Unis une dame trouve dans son jardin une énorme masse jaune de la texture d’une éponge. Les policiers sont appelés et, paniqués, lui tirent dessus, sans aucun effet, les pompiers le brûlent mais, le lendemain, la chose a doublé de taille. C’est un blob. Évidemment, cela a donné lieu à un film d’épouvante : « Beware of the Blob » avec Steve Mac Queen. Au-delà de l’anecdote, le blob semble immortel. Coupé en morceaux, il cicatrise en deux minutes. Ses seuls ennemis sont la lumière et la sécheresse. Mais il peut « hiberner», en attendant des jours meilleurs.
Le blob – ou physarum polycephalum – n’a pas de neurones, mais est capable d’apprendre et de résoudre des problèmes complexes comme les labyrinthes. Il est même doté d’une personnalité. En effet, les souches se comportent différemment selon leur pays d’origine : l’Américain est plutôt agressif, l’Australien plus pacifique, le Japonais a une tendance à la procrastination…Il est dépourvu de membres mais il bouge, certes lentement. En conditions de laboratoire, il se nourrit de flocons d’avoine et de flans. Bien que dépourvu de cerveau et d’estomac, il parvient à maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa survie et à sa croissance.
C’est un hasard qui l’a mis sur le chemin d’Audrey Dussutour spécialiste des fourmis. Depuis la jeune chercheuse toulousaine s’y consacre. Le blob révèle d’étonnantes capacités et les scientifiques vont de découvertes en découvertes. Chacune d’elle ouvre une fenêtre sur notre propre espèce: mystère de nos origines, solutions pour améliorer notre longévité, pistes pour le traitement du cancer, nouvelle façon d’appréhender l’apprentissage…Nous n’avons pas fini d’entendre parler du blob !

 

Audrey Dussutour a obtenu un doctorat d’éthologie en co-tutelle entre la la Belgique et la France. Pendant son doctorat, elle s’est intéressée à l’organisation du trafic chez les fourmis. Elle a obtenu le prix « Le monde » de la recherche pour son doctorat. Elle est ensuite partie au Canada étudier l’organisation des déplacements collectifs des chenilles processionnaires financée par une bourse Physarum Polycephalum and Mepost-doctorale de la Fondation Fyssen. Puis, elle a rejoint l’Australie pour un second post-doctorat pour étudier la nutrition des fourmis. C’est en Australie qu’Audrey a rencontré Physarum polycephalum alias le blob. Audrey a obtenu un poste au CNRS en 2009 au Centre de Recherche sur la Cognition Animale et a débuté des recherches approfondies sur le blob grâce à un financement de la Fondation Fyssen. Elle a obtenu le prix jeune chercheur de la société française d’étude du comportement animal en 2009 pour ses travaux sur les fourmis et le prix Wetrems de l’Académie des Sciences de Belgique en 2011 pour ses travaux sur le blob. En 2017 elle publie l’ouvrage « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans jamais oser le demander »