La fabrique du cerveau

couv1

Giulia ANICHINI,
Former Fyssen 2016-2017

La fabrique du cerveau
Les dessous d’un laboratoire de neuro-imagerie

Cet ouvrage analyse, étape par étape, le travail de cartographie du cerveau à partir de l’observation des pratiques dans les laboratoires. L’Imagerie par résonance magnétique (IRM), qui fait l’objet de ce livre, est une des techniques le plus largement utilisées pour la localisation des processus cognitifs et l’étude des structures cérébrales. Mais comment ces cartes sont-elles produites ? Un des objectifs de cette recherche a été de mettre en évidence le processus d’objectivation d’une activation cérébrale qui est le résultat d’un ensemble de choix que le scientifique doit opérer tout le long de son travail. La donnée visible dépend donc d’une sélection d’objets et de stimuli impliqués dans les tâches cognitives, de l’adoption de certains modèles théoriques, de l’application de tel ou tel autre traitement appliqué aux images par les logiciels. Il y a aussi des pratiques de  » bricolage  » qui cherchent à minimiser les échecs et à faire face à des résultats  » récalcitrants « . Les chercheurs sont en fait tiraillés entre un ethos du partage et un système compétitif où ils sont évalués par la nature de leurs résultats. En plus de l’expérience de laboratoire les chercheurs en neurosciences produisent aujourd’hui des cartes du cerveau à partir de banques d’images. Dans le livre sont décrites et analysées les pratiques d’utilisation de ces collections d’images dans une science censées être de plus en plus  » dirigée  » par les données. Mais loin d’être simple et immédiate, le travail autour de ces bases de données, démontre que l’engagement du chercheur est encore essentiel pour donner du sens aux matériaux et aux informations collectés par d’autres. Le livre se termine par une section consacrée à la fonction des images dans le domaine des neurosciences sociales. Il est question en particulier de la localisation des émotions  » morales  » dans le cerveau et de la tendance à une naturalisation de certaines dispositions sociales. L’image du cerveau est donc décryptée le long de cet ouvrage à partir de sa production jusqu’à son rôle dans la société.GiuliaA

Après l’obtention d’un doctorat en ethnologie et anthropologie sociale à l’EHESS, Giulia Anichini a realisé un post-doctorat d’un an au Centre universitaire de recherche sur la science et la technologie (Cirst) à Montréal.
Elle travaille sur les pratiques de production et de mise en circulation des résultats scientifiques, sur les normes d’objectivité qui encadrent le travail autour des images scientifiques et plus récemment, sur l’utilisation des bases de données en science.